La Planète des Singes : Le Nouveau Royaume


La Planète des Singes : Le Nouveau Royaume
Réalisateur :
Wes Ball
Pays d'origine :
US
Titre original :
Kingdom of the Planet of the Apes
Durée :
2h25
Année :
2024
Date de sortie nationale :
08/05/2024
Genre :
AC,AV,SF
Casting :
Freya Allan, Owen Teague, Peter Macon…
Synopsis :
Plusieurs générations après le règne de César, les singes ont définitivement pris le pouvoir. Les humains, quant à eux, ont régressé à l'état sauvage et vivent en retrait. Alors qu'un nouveau chef tyrannique construit peu à peu son empire, un jeune singe entreprend un périlleux voyage qui l'amènera à questionner tout ce qu'il sait du passé et à faire des choix qui définiront l'avenir des singes et des humains…
Filtres
Version
Format
image
confort
son
Version
Format
image
confort
son
St-Lunaire
Jeu 8 août
21:00
vf 2d

sorti le 08/05/2024

Adaptation du roman français de Pierre Boule, le premier film de 1968 est vite devenu un classique de la SF qui a donné lieu à 4 suites plus ou moins réussies jusqu’en 1973.

Prenant place 3 siècles après la mort de César, l'histoire s'intéresse à Noa, un jeune chimpanzé appartenant à un clan de dresseurs d'aigles. Alors que son village est attaqué et les habitants enlevés, il part à leur recherche et croise la route d’une humaine nommée Mae. Dès l’introduction, le réalisateur retranscrit avec brio la sensation de hauteur de l’environnement et l’agilité des singes qui l’escaladent, avant d’enchainer sur la destruction du village filmée en plan séquence. Connu pour la réalisation de la trilogie Le Labyrinthe, Wes Ball applique une esthétique similaire pour ces architectures abandonnées envahies par la nature mais adopte un rythme plus contemplatif. Tiraillant le spectateur entre l'attachement à Noa et notre volonté intrinsèque de voir les humains survivre, le personnage de Mae pose un dilemme intéressant sur le destin de ce monde. Par cette thématique, le réalisateur questionne le droit au savoir et la légitime supériorité d'une espèce par rapport à une autre, thématique de fond de toute la saga.

Alors qu’Andy Serkis campait brillamment César, Owen Teague adopte un jeu plus intimiste, collant à la personnalité discrète de Noa. S'il est difficile de juger pleinement le jeu derrière le design incroyable des singes, il est tout de même étrange de les entendre parler rigoureusement comme des humains, sans effet guttural ou d’intonations propres à leur espèce. Toutefois, ce problème devient rapidement secondaire et l’on se laisse porter voire intimider par le charisme de l’antagoniste. Interprété par Kevin Durand, Proximus César, messie autoproclamé déformant l’idéologie de César, vole complètement la vedette. Le blu-ray du film proposera d’ailleurs une version sans CGI pour pouvoir observer le jeu des acteurs dans leur tenu de motion capture mais surtout pour se rendre compte du travail de post-production titanesque d'un tel film.

Quasiment aussi bon que ceux du précédent volet de la saga, les effets spéciaux se hissent en haut du panier des blockbusters actuels. Des décors grandioses de villes-jungles aux textures hyperréalistes et minutieuses des peaux et poils des singes, en passant par les nombreuses interactions avec les décors, les effets spéciaux crédibilisent avec brio cet univers. Reprenant certaines scènes du film de 1968 comme celle de la traque des humains, la différence de réalisme est flagrante. Réorchestrant lui aussi des thèmes du film original, John Paesano singe le style de Michael Giacchino, à l'œuvre sur la trilogie de César. Si Paesano avait livré une bande originale impactante pour la trilogie Le Labyrinthe, cette partition semble moins inspirée et plus discrète, souffrant de l'absence de thèmes forts pour caractériser les différents lieux ou personnages.

Révélée par la série Netflix The Witcher, Freya Allan (interprète de Mae) est un peu trop rayonnante et soigneusement maquillée pour ce monde post-apocalyptique. Si l’actrice assure une bonne performance, son personnage contredit les conséquences du virus présenté dans les films précédents et manque de développement pour rendre ses dilemmes moraux véritablement prenants. Ayant grandie dans un monde dominé par les singes, cette jeune femme souhaite voir son espèce survivre mais sa rencontre avec Noa va remettre en question sa perception des singes.

[SPOILERS]
Lors de son dernier échange avec Noa, sa méfiance nous permet de deviner les grandes lignes de cette nouvelle trilogie : les protagonistes vont œuvrer pour une cohabitation pacifique entre humains et singes tandis que les antagonistes engendreront une escalade des conflits pour boucler la boucle et nous mener à la situation du film original. L’accent mis sur l'espace en fin de film peut même pousser à croire que cette trilogie reprendra les évènements du livre, en adoptant cette fois le point de vue des singes voyant arriver un vaisseau piloté par des humains étonnements intelligents car venus du passé. Après dix films et deux séries télé, les limites thématiques de cet univers commencent cependant à apparaître et les suites risquent de s’appauvrir en étirant inlassablement l’exploration du royaume de la planète des singes.

Gwendal Ollivier