Le Visiteur du futur


Le Visiteur du futur
Réalisateur :
François Descraques
Pays d'origine :
FR
Titre original :
Le Visiteur du futur
Durée :
1h42
Année :
2022
Date de sortie nationale :
07/09/2022
Genre :
CO,SF
Casting :
Florent Dorin, Arnaud Ducret, Enya Baroux, Raphaël Descraques, Slimane-Baptiste Berhoun…
Synopsis :
2555. Dans un futur dévasté, l'apocalypse menace la Terre. Le dernier espoir repose sur un homme capable de voyager dans le temps. Sa mission : retourner dans le passé et changer le cours des événements. Mais la Brigade Temporelle, une police du temps, le traque à chaque époque. Débute alors une course contre la montre pour le Visiteur du Futur…
Filtres
Version
Format
image
confort
son
Version
Format
image
confort
son

sorti le 07/09/2022

13 ans après le premier épisode tourné entre le banc et la poubelle d’un parc et sorti sur Dailymotion, 8 ans après la fin de la saison 4 produite par Ankama et diffusée sur France 4, l’univers créé par François Descraques arrive enfin sur grand écran pour le plus grand plaisir des fans mais aussi pour celui des néophytes, intrigués par ce projet atypique. De la SF française c’est déjà rare, mais rajoutez-y de l’action, de la comédie et des histoires de voyages dans le temps, le tout proposé par une équipe venant d’internet, et le pari semble impossible à produire ! Et pourtant, après des années d’acharnement et après le succès des deux réalisations du Palmashow (La Folle histoire de Max et Léon en 2016 et Les Vedettes en ce début d’année), les producteurs commencent à comprendre que les créateurs de contenu sur internet peuvent apporter un véritable vent de fraîcheur au cinéma français, qui repose souvent sur les acquis de ses deux genres de prédilection actuels, le drame et la comédie.

Conscient de la nécessité d’élargir son public au-delà de la fanbase de la web-série, le réalisateur et scénariste a imaginé une dizaine d’histoires pour finalement aboutir à celle-ci, basée sur un duo de nouveaux personnages confrontés aux héros du temps. Géré avec intelligence, le budget se voit clairement dans les décors et les costumes de ce futur postapocalyptique bien français. Mélange entre des carcasses de voitures et des fonds verts, les extérieurs d’un Paris dévasté ne se limitent plus à un simple plan d’ensemble. Du terrier au bar aux airs de Néo-Versailles, la patte graphique reste fidèle à la série en plus ambitieuse. Petit bémol toutefois pour les bureaux de la brigade temporelle, intégralement sur fond vert, dont l’esthétique néon bleutée assez kitch, n’est pas avantagée par le passage sur grand écran.

Côté casting, le Visiteur (Florent Dorin) et le Dr. Henry Castafolte (Slimane-Baptiste Berhoun) sont parfaitement fidèles à leur personnage de la série, en revanche, Raph (Raphaël Descarques), Constance (Lénie Chérino) et Mattéo (Mathieu Poggi) sont mis en retrait au profit des nouveaux personnages. En tête d’affiche, Enya Baroux (Alice) et Arnaud Ducret (Gilbert) semblent s’intégrer assez naturellement à l’équipe originale et constituent une porte d’entrée idéale pour le public néophyte. Si Raph est moins développé dans ce long métrage, c’est aussi car il jouait le rôle d’individu du présent avec lequel le spectateur de la web-série avait découvert l’univers. Désormais habitué au futur, c’est à travers les yeux de Gilbert, père responsable d’une des plus grandes catastrophes nucléaires de l’histoire de l’humanité, et de sa fille Alice, militante écologique un peu paumée, que François Descraques invite un nouveau public à découvrir son univers déjanté. Rappelant indéniablement les premiers pas de la série, les caméos de youtubeurs se comptent par dizaine, de la scène d’intro avec Mcfly et Carlito à l’intervention dans l’assemblée de Bruce d’e-penser, en passant par le duo du Monde à L’Envers en écologistes engagés et beaucoup d’acteurs des collectifs Golden Moustache et Studio Bagel. Un casting qui témoigne donc de l’énorme partage entre amis que représente ce long métrage.

À la musique, Jimmy Tillier effectue le même exercice que le réalisateur, c’est-à-dire transposer sa partition des contraintes d’une web-série à celles d’un film de cinéma. En dehors de l’introduction et de quelques brèves citations, la bande originale ne se repose pas sur les thèmes composés pour la série mais cherche plutôt à tirer profit de la puissance de l’orchestre symphonique pour souligner la portée tragique des décisions qui mènent à la fin du monde mais aussi pour plonger le spectateur dans les séquences d’action alors que les personnages cherchent à tout prix à annuler l’apocalypse. Fidèle aux thématiques du genre, François Descraques n’oublie pas d’explorer la dimension humaine de cette fin du monde, aussi bien par le quotidien des habitants du futur que par les conséquences de l’intervention des voyageurs du temps sur la vie des habitants de notre présent. Au-delà d’un simple message écologique pessimiste, il insuffle un espoir au travers d’une relation père-fille défiant les règles du temps ; deux personnages qui apprennent à s’écouter de nouveau et sortent grandis de leur rencontre avec le Visiteur du futur.

Benoît Meudec