Thor : Love And Thunder


Thor : Love And Thunder
Réalisateur :
Taika Waititi
Pays d'origine :
US
Titre original :
Thor: Love And Thunder
Durée :
1h59
Année :
2022
Date de sortie nationale :
13/07/2022
Genre :
AC,AV,SF
Casting :
Chris Hemsworth, Natalie Portman, Christian Bale, Tessa Thompson…
Synopsis :
Thor s'engage dans une quête inédite, celle de sa propre sérénité. Mais sa retraite est interrompue par l'apparition de Gorr le Boucher, un tueur galactique qui s'est donné pour mission d'exterminer les dieux. Pour affronter cette menace, Thor fait équipe avec Valkyrie, Korg et son ex-petite amie, Jane Foster, qui - à sa grande surprise - manie son marteau, Mjolnir, aussi bien que lui. Nos héros vont se lancer ensemble dans une aventure cosmique éprouvante pour tenter de cerner les causes de l'acharnement de Gorr, le Boucher des dieux et l'arrêter avant qu'il ne soit trop tard.
Filtres
Version
Format
image
confort
son
Version
Format
image
confort
son
La Mézière
Du mer 27 juillet
au mar 30 août
11:00, 13:30, 15:30, 16:30, 18:15, 19:30, 20:45, 22:10
vf 2d
St-Aubin du Cormier
Du ven 19 août
au sam 20 août
21:00
vf 2d

sorti le 13/07/2022

Premier héros du Marvel Cinematic Universe à s’offrir un quatrième film solo, Thor continue son chemin et son évolution non linéaire. Introduit sous un angle Shakespearien par Kenneth Branagh en 2011, fadement prolongé en 2013 par Alan Taylor, Taika Waititi a déconstruit pièce par pièce le mythe du dieu nordique en 2017 pour en faire un personnage à la fois plus faible par sa sensibilité mais bien plus fort par l’essence de ses pouvoirs divins. Après avoir perdu son marteau, sa barbe, ses cheveux, son œil mais refusé de prendre la place de son père Odin, après avoir subi un échec cuisant contre Thanos, être tombé en dépression pour enfin remonter dans le temps et ramener la moitié de l’univers, le dieu du tonnerre cherche à tracer son propre chemin et retrouver un sens à sa vie.

De la planète aux trois soleils (avec les Gardiens de la galaxie), à Omnipotent city (demeure des dieux), en passant par la route spatiale aux teintes étranges vers le Shadow Realm dénué de couleur, la liberté du réalisateur se ressent dans la composition de ses décors extrêmement créatifs. Reproduisant la composition iconique des pages de comics, la photographie explose de couleurs, ou s’en prive totalement au détour d’une séquence de combat parfaitement surprenante au sein d’un univers accusé de toujours jouer la carte de la sécurité. Compositeur régulier de l’univers Marvel, Michael Giacchino adapte une fois de plus son style au héros et au réalisateur en livrant une bande originale tragique mais aussi électrique qui se mêle aux titres plus ou moins bien utilisés de Guns’n’Roses.

Alors que dans Ragnarok, le réalisateur désamorçait systématiquement l’épique par une blague, l’humour est cette fois mis au service de son propos et du développement de ses personnages. Ainsi, il dénonce la passivité des dieux qui se moquent du sort de l’univers et sont plus préoccupés à boire et organiser des orgies, mais il masque aussi joliment la gêne caractéristique des retrouvailles entre Thor et Jane. De plus, là où le précédent volet était narré par Thor lui-même, le réalisateur se charge de rebâtir la figure mythologique de Thor au travers des récits de Korg (personnage doublé par Waititi), permettant d’unifier son parcours au fil des films et des différentes visions du personnage mais aussi de reprendre enfin le développement de sa relation avec Jane Foster, disparue du MCU après le deuxième volet qui avait décidé l’actrice à quitter le navire.

Côté casting, Chris Hemsworth et Tessa Thompson semblent toujours autant s’amuser sous la direction de Taika Waititi et la petite nouvelle, Natalie Portman ne fait pas exception. Christian Bale incarne quant à lui un méchant aux motivations peu originales mais arbore un design intéressant, laissant l’acteur s’exprimer. Rempilant pour les caméos dans la pièce jouant les aventures des héros, Matt Damon en Loki et le grand frère Hemsworth en Thor s’en donnent à cœur joie tandis que Russell Crowe campe un Zeus imbus de sa personne et n’ayant plus rien d’un guerrier. Ancré dans l’univers des comics en partie présenté dans Eternals, le climax s’achève sur une belle et surprenante note, avec l’envie de connaître la suite des aventures de Love and Thunder.

Gwendal Ollivier