-Astérix - Le Domaine des Dieux


-Astérix - Le Domaine des Dieux
Réalisateur :
Louis Clichy et Alexandre Astier
Pays d'origine :
FR,BE
Titre original :
Durée :
1h22
Année :
2014
Date de sortie nationale :
Genre :
06,AN,AV,CO
Casting :
Synopsis :
Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ ; toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non ! Car un village peuplé d'irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur. Exaspéré par la situation, Jules César décide de changer de tactique : puisque ses armées sont incapables de s’imposer par la force, c’est la civilisation romaine elle-même qui saura séduire ces barbares Gaulois. Il fait donc construire à côté du village un domaine résidentiel luxueux destiné à des propriétaires romains. : « Le Domaine des Dieux ». Nos amis gaulois résisteront ils à l’appât du gain et au confort romain ? Leur village deviendra-t-il une simple attraction touristique ? Astérix et Obélix vont tout faire pour contrecarrer les plans de César.
Filtres
Version
Format
image
confort
son
Version
Format
image
confort
son

par Coraline Lafon

Toute la Gaule est occupée par les Romains... Toute ? Non ! Car un village peuplé d'irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur. Et César commence vraiment à désespérer. Pour mettre définitivement fin à cette insolence armoricaine, l'empereur décide de mettre en place un plan diabolique, un plan baptisé : "Le Domaine des Dieux".

"Le Domaine des Dieux" est la 17e bande-dessinée des aventures d'Astérix et la 9e adaptation animée. Comme quoi les Gaulois continuent encore et toujours d'inspirer les réalisateurs ! Cependant, c'est la première fois que la technologie 3D est intégrée à l'univers imaginé par Uderzo et Goscinny. Et malheureusement, le relief n'apporte pas grand chose au film et ce malgré le talent indéniable du co-réalisateur Louis Clichy (à qui l'on doit notamment l'animation de "Wall-e" ou de "Là-haut" des studios Pixar). Heureusement, le scénario rattrape amplement l'échec de la 3D et c'est avec plaisir que l'on retrouve une histoire, une ambiance et des personnages très fidèles à la BD.

Alexandre Astier, réalisateur, acteur et humoriste a très bien su gérer l'adaptation en y apportant une bonne dose d'humour contemporain ("travaillerpluspourgagnerplus" est par exemple le nom d'un légionnaire romain) et une dimension quelque peu homérique (la bande originale est saupoudrée de morceaux symphoniques, bien loin des musiques enfantines auxquelles on aurait pu s'attendre). On rigole bien et on passe un excellent moment ! Mais les amateurs de Kaamelott et de la "Astier Touch" seront peut-être un peu déçus : en effet, la scrupuleuse envie d'être fidèle à l'oeuvre se fait au détriment de l'effet surprise et d'une prise de parti originale.

"Le Domaine des Dieux" rentre tout de même dans le top 5 des meilleures adaptations d'Astérix, après "Les 12 travaux" en 1976, « Astérix et Cléopatre » en 1968 et bien entendu le film de Alain Chabat dont les répliques sont désormais cultes : « Astérix et Obélix : mission Cléopatre » sorti en 2002. Alain Chabat que l'on retrouve d'ailleurs au casting du film d'animation puisqu'il a accepté de prêter sa voix une seconde fois au personnage de César. Roger Carel, qui est la voix officielle d'Astérix depuis la première adaptation cinématographique de la BD, était également présent pour ce tournage. Tournage qui sera son dernier puisque le doubleur de 87 ans a décidé de faire ses adieux au petit guerrier à moustache. Guillaume Briat, Lorànt Deutsch, Laurent Lafitte, Elie Semoun, Géraldine Nakache, Florence Foresti, Lionnel Astier (le père du metteur de scène) et une ribambelle d'acteurs sortis tout droit de la série Kaamelott incarnent également des personnages.

Pour conclure, on retiendra que "Astérix - Le Domaine des Dieux" c'est 86 minutes de plaisir ! Astier opère avec talent sa première expérience dans le monde du film d'animation, on retrouve avec joie nos héros gaulois préférés, on rit des mésaventures des garnisons romaines et on regrette que le traditionnel buffet final à base de sanglier arrive aussi vite.

Coraline Lafon